AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Blog  

Partagez | 
 

 Elle... et lui. [PV Lily Potter]

Aller en bas 
AuteurMessage
Philip Monaghan
.: Cerveau Mononeuronal :.

avatar

Nombre de Messages : 305
Date d'inscription : 08/08/2009

Carte du Maraudeur
Objets de quêtes:
Gallions:
17360/20000  (17360/20000)

MessageSujet: Elle... et lui. [PV Lily Potter]   Mar 1 Sep - 15:36

Récurer les fonds de chaudron.
A la main.
Sans baguette.
C’était le genre de punition que Philip trouvait particulièrement stupide. Il aurait préféré devoir rédiger une dissertation sur le savoir-vivre, la camaraderie ou toute autre idiotie portant sur les relations entre personnes civilisées. Au moins, cela aurait eu le mérite de posséder un rapport avec la faute qu’il avait commise. Et de ne pas lui meurtrir les bras ou d’empoisonner ses narines d’odeurs nauséabondes.

Du revers de la manche, il essuya son front en sueur. Ses mains lui faisaient mal. Sous ses gants, il sentait que des ampoules bourgeonnaient sur sa paume. Cela devait bien faire une heure qu’il plongeait dans les chaudrons pour en gratter le fond, en sortir les résidus souvent noirâtres (et toujours très parfumés), puis nettoyait, frottait, faisait briller… Il se demandait s’il n’allait pas perdre une part de son intelligence – déjà mal en point – dans cette activité affreusement répétitive et sans intérêt.

Il songea encore à la raison de sa présence ici.
Lily Potter.
Quand il y repensait, il ne pouvait s’empêcher de se sentir fier. Certes, il avait été d’une grande bêtise d’avoir voulu la protéger de cette bande de Serpentard qui l’embêtaient, et d’avoir recouru à un sort de désarmement devant un professeur ; mais la reconnaissance qu’il avait pu lire dans les yeux bleus de Lily valait bien tout ça. Elle était sa lumière dans l’ombre caverneuse des chaudrons qu’il récurait.

Cependant, sa fierté laissa presque immédiatement place à un sentiment de profonde stupidité. Il fallait qu’il arrête de penser à elle, son obsession n’avait aucun sens. L’évidence hurlait dans ses oreilles qu’il était autant fait pour elle qu’un Troll pour une Vélane. D’ailleurs, à cette heure où tout son cerveau, son ridicule petit cerveau, tournait ses pensées vers elle, elle, Lily Potter, devait penser à tout autre chose.
A tout sauf à lui.
Les fantasmes devaient cesser. D’une manière ou d’une autre, il apprendrait à arrêter d’imaginer Lily lui donnant la main, Lily lui posant des questions, Lily l’admirant et le désirant. Le pathétisme avait atteint le sommet lorsqu’une nuit, il avait même osé rêver être le preux sorcier pourfendant un dragon d’un sortilège destructeur, pour la délivrer d’une cage, elle, la princesse en robe blanche. Il était persuadé que même les filles ne faisaient pas ce genre de rêve.

Tout en passant le grattoir sur la paroi d’un chaudron, il essaya de lister les points qui le séparaient de Lily.
Elle avait 14 ans ; il en avait 17.
Elle était célèbre ; il était pire qu’inconnu.
Elle irradiait de charme et d’amitié ; il avait tendance à faire baisser la température ambiante quand il pénétrait dans une pièce.
Elle était si légère, si décontractée, si naturelle ; il était l’incarnation vivante de la raideur, la névrose et le manque d’assurance.
Elle était elle ; il était lui. Le blanc et le noir. Le feu et la glace. Deux mondes antagoniques.
Ca aurait dû lui suffire…

Avec un soupir à fendre les pierres, Philip leva la tête de son chaudron.
Le professeur qui l’avait puni se tenait assis au fond de la salle, derrière un pupitre, la tête penchée sur un vieux grimoire. Ses yeux perçants avaient surveillé tous les gestes de Philip au début, vérifiant qu’il effectuait correctement son travail. Mais au fil des minutes qui s’écoulaient, ils avaient peu à peu relâché leur attention, s’arrêtant plus souvent sur le grimoire que sur Philip. A présent, Philip ne les distinguait plus, car ils avaient complètement disparu derrière le pupitre.

- Monsieur ? appela timidement Philip. Quelle heure est-il ?
Il espérait que le professeur le laisserait partir lorsqu’il prendrait conscience de l’heure tardive, bien qu’il restât encore trois chaudrons à récurer, et que Philip avait pour mission de s’occuper de tous.
Le professeur demeura silencieux. Avec un froncement de sourcils sceptique, Philip crut un instant qu’on l’ignorait volontairement. Ce ne fut qu’après quelques secondes qu’il capta le léger ronflement qui planait dans l’air, et il comprit que son geôlier s’était endormi.

Philip hésita. Devait-il le réveiller ? Ou bien… Non, son sens du devoir le lui interdisait. Mais tout de même, l’idée était très tentante… Il lui suffirait de glisser sa main dans sa poche et… Non, non, il terminerait sa punition. Sa punition stupide, physique, puante, douloureuse, sans rapport avec la faute, qui…
D’un geste brusque, Philip brandit sa baguette et lança un « Recurvite » sur les trois derniers chaudrons, le plus vite possible de peur de changer d’avis au dernier moment. Puis il rangea sa baguette, se débarrassa de ses gants (ses mains étaient roses, moites et un peu enflées), et d’un pas silencieux, se dirigea vers le professeur.

Au moment où il ouvrit la bouche pour le réveiller et lui annoncer qu’il avait fini, Philip aperçut un bref éclat doré sur une étagère, juste derrière le professeur. Il ne sut pas de suite pourquoi il fut intrigué, ni pourquoi il s’approcha pour voir de plus près. Il aurait dû quitter la salle et retourner se coucher, comme tout élève normal. Alors, pourquoi était-il attiré par cette étrange fiole renfermant un liquide d’une agréable couleur or qui scintillait sous la lumière de la salle ?
La réponse germa lentement dans son esprit. Philip n’était pas un spécialiste des potions (il avait même plutôt tendance à être mauvais ; ses mains maladroites mélangeaient les ingrédients avec autant de classe qu’un enfant montait les escaliers sur des patins à roulettes), mais une main invisible lui tapotait doucement un coin de son cerveau, comme si elle avait voulu réveiller le souvenir d’une leçon enfouie, quelque chose d’important, un point des potions sur lequel il avait été déjà attiré par le passé.
Et soudain, il comprit. Il s’était dit que pour que Lily Potter et lui puissent vivre une histoire, aussi quelconque soit-elle, il lui aurait fallu un grand coup de pouce du destin, un enchaînement de hasards incroyables. Plus simplement, il lui aurait fallu de la chance.
Felix Felicis. Le nom lui revint enfin. La chance liquide. La potion miracle, la seule pour laquelle Philip avait un jour apporté toute son attention à un cours de potions. Voilà pourquoi il avait été intrigué. Il n’y avait plus de doute : il reconnaissait la couleur de la potion, il se souvenait très précisément des descriptions qu’il avait lues dans les livres de la bibliothèque.

Il jeta un coup d’œil derrière lui. Le professeur dormait toujours. Philip avait déjà triché une fois aujourd’hui ; une seconde fois ne le gênait pas plus.
Le plus silencieusement possible, il tendit des mains fébriles vers la fiole, ôta le bouchon, huma le doux fumet qui se dégagea, et après une dernière hésitation, avala quelques gouttes, avant de reposer le tout sur l’étagère.

_________________
Je ne savais pas ce que je ressentais... Etait-ce de l'amour, ou seulement le besoin d'aimer ?


Alliance


Fiche de Philip
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Potter
.: Eleve de Gryffondor :.

avatar

Nombre de Messages : 319
Date d'inscription : 04/06/2009

Carte du Maraudeur
Objets de quêtes:
Gallions:
200/1000  (200/1000)

MessageSujet: Re: Elle... et lui. [PV Lily Potter]   Mar 1 Sep - 17:27

    Lily Potter avait passé toute une journée à travailler dur. Elle s'était levé comme à son habitude et n'avait pas chercher trop loin la cause de son stresse grandissant. En effet, elle devait avoir deux devoirs noté dans la journée et elle devait rendre une dissertation sur l'histoire des Gobelins. Tout le monde aurait été stressé. Elle s'était donc levé et était passé à la douche. Une bonne douche chaude pour se remettre les idées en place et se relaxer. Elle s'habilla, l'uniforme de l'école oblige, et elle descendit dans la grande salle. Les cheveux encore mouillée, elle les noua rapidement et rejeta la natte en arrière. Elle prit son petit déjeuner en pensant à la journée qu'elle allait vivre.

    L'heure du premier cours arriva et Lily se rendit en salle de Botanique à l'extérieur du château. Elle avait ses protections et passa un cours plutôt désagréable. Il dura deux heures, durant la première heure, ils eurent le droit de revoir certaines choses et la seconde fut l'heure du premier devoir de la journée de Lily.
    L'horloge affichait dix heure et Lily ne pensait qu'a une seule chose, le cours de potion! Elle était plutôt douée et ainsi, le professeur ne l'avait pas trop dans le collimateur. L'heure se passa bien et elle quitta la salle avec un grand sourire sur les lèvres. La pression avait baissé, elle avait encore deux petites heures devant elle pour réviser et éventuellement se pencher sur sa dissertation encore une fois. Vérifier les fautes, vérifier les temps, si elle ne s'était pas trompée en écrivant telle ou telle dates! Elle se mit à réviser pour le cours de DCFM pendant environ une heure. Elle ne décolla pas son nez, même pas pour dire bonjour aux gens qu'elle connaissait. Heureusement, il faisait beau et le parc n'était pas trop remplie à cette heure là de la journée. Elle leva la tête et vit les gens se dirigée vers l'intérieur de la grande salle. Il devait sûrement être l'heure de manger.

    Elle dénoua ses cheveux, rangea ses livres et se dirigea vers la grande salle. Elle regarda dans toute la salle pour voir si elle voyait quelqu'un mais elle ne vit pas la personne concerné. Boudeuse, elle partit s'asseoir à sa table et mangea, distraite. Elle s'en alla avant qu'il ne soit une heure et ne finit pas son assiette. Elle se rendit à son cours de DCFM et passa le devoir. Elle en ressortit pour aller au cours de divination où elle découvrit qu'elle allait mourir dans d'atroces souffrances après avoir sympathisé avec un troll des montagnes et avoir accomplie une grande chose qui ferait d'elle une célébrité. Bien sûre Lily riait intérieurement, des choses aussi stupides étaient incontestablement fausses et Lily s'en amusait même si peut-être un jour une de ces révélations pourrait être vraie. Lily se dirigea alors en cours d'« Histoire de la magie » et rendit sa dissertation. Elle alla s'asseoir à côté de la fenêtre qui donnait sur la cour interne du château. Et alors que le professeur parlait, son coeur recommença à battre vite et elle stressa encore. Elle venait d'apercevoir Philip Monaghan et se souvenait que c'était ce soir que le professeur avait donner la retenue à Philip... Par sa faute... Lily avait été distraite et le fantôme arriva à sa hauteur:


    - Mademoiselle Potter, vous êtes en cours pour écouter et non pour regarder des garçons faire les imbécile dans la cour! Vous aurez un devoir supplémentaire!
    - Mais Monsieur...
    - Il n'y a pas de mais!

    Lily reporta son attention sur sa feuille vierge et écouta le cours du « Professeur Fantôme », comme beaucoup l'appelait. Même si elle était distraite par le souvenir du Serdaigle lui portant secours tel un chevalier servant, elle réussit à prendre quelques notes. Les cours de l'après-midi se terminèrent et encore une fois, Lily partis à la recherche de Philip, sans succès. Elle se rendit dans la grande salle une troisième fois pour le repas du soir et alla s'enfermer dans son dortoir pour faire ses devoirs plus celui supplémentaire qu'elle avait eu en cours d'« Histoire de la Magie ». Elle n'arrivait cependant pas à se concentrer assez, imaginant Philip entrain de récurer les chaudron. Pensait-il à elle? Impossible, trop de chose les différenciaient. Elle rangea ses affaires et alla mettre un short et un tee-shirt noir. Elle mit ses ballerines et descendit les escaliers, arrivant dans la salle commune, elle chercha quelque chose à faire mais ne trouva pas. Elle décida alors de sortir de la tour des gryffondor et de se promener dans le châteaux même si le couvre feu allait passer. Elle se dirigea un peu partout dans le château, passant par certains endroits pour en redescendre. Elle décida de s'asseoir dans les escaliers et d'attendre. Attendre quoi? Elle n'en avait aucune idée.

    Les dix-neuf heures sonnèrent et Lily ouvrit les yeux. Elle ne s'était pas rendue compte qu'elle s'était endormis sur les marches. Une petite chauve souris pendait en face d'elle. Elle la fixait avec ses petits yeux perçant. Lily s'approcha de celle-ci mais elle s'envola avant de revenir se poser à côté d'elle. Elle poussa un petit cris et Lily sourit:


    - Tu t'es perdus?

    Un second cris retentit et Lily approcha sa main de la chauve souris, cette fois-ci, elle se laissa caresser. Lily était apaisée et se dit qu'il fallait peut-être qu'elle remonte dans sa salle commune pour finir son devoir. Elle se leva donc et elle repensa à Philip... Avait-il finis sa tâche? Elle espérait que oui.

    - Mademoiselle Potter, vous devriez aller vous coucher!

    Elle releva la tête et vit la directrice. Elle sourit vers celle-ci et reprit:

    - J'y allais justement Madame. Bonne soirée.

_________________


Une Zum' ont en à qu'une! <3


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philip Monaghan
.: Cerveau Mononeuronal :.

avatar

Nombre de Messages : 305
Date d'inscription : 08/08/2009

Carte du Maraudeur
Objets de quêtes:
Gallions:
17360/20000  (17360/20000)

MessageSujet: Re: Elle... et lui. [PV Lily Potter]   Mar 1 Sep - 18:21

Philip se sentit soudain léger, fort et tranquille à la fois. Une sérénité et une assurance qu’il ne se connaissait pas envahirent son esprit comme une vague bienfaisante, remontant dans ses veines, inondant tout son être. La douleur dans ses mains passa au second plan, et ses inquiétudes aussi.

Oui, il n’était plus du tout inquiet. L’idée même de pouvoir se soucier de quelque chose lui semblait absurde. Quel problème pouvait bien lui résister, à présent ? Toutes les possibilités qu’il envisageait lui apparaissaient claires, limpides, aisées à réaliser. Comme si l’univers avait été un livre pas plus épais que le bout de son doigt, et qu’il pouvait en feuilleter n’importe quelle page pour trouver la solution à tout. Facile, tout était tellement facile ! Il pressentait… Non, il savait que ce soir serait un soir exceptionnel, et que tout pouvait arriver.

Avec un sourire béat, les yeux quelque peu dans le vague, Philip se tourna vers le professeur, toujours profondément endormi sur son pupitre. Dire qu’il avait failli le réveiller – quelle bêtise ç’aurait été ! Felix Felicis lui souffla la bonne marche à suivre, et Philip secoua la tête tant il se trouvait bête de n’y avoir pas pensé plus tôt, alors que c’était pourtant évident.

Le pas souple, les gestes vifs et silencieux, Philip chercha du papier et de l’encre. Il aperçut un vieux bureau dans le fond de la salle, et s’y précipita. Le premier tiroir qu’il ouvrit au hasard fut le bon : il y trouva un rouleau de parchemin, une plume et un encrier. Il s’empara du tout et rédigea un mot à l’adresse du professeur, pour lui expliquer qu’il avait fini sa punition et qu’il était retourné dans son dortoir. Felix lui fit comprendre qu’ainsi, il ne se ferait pas raccompagner à sa maison par le professeur (qui resterait endormi encore une heure) et qu’il pourrait aller où bon lui semblerait dans le château, libre.

Philip laissa le mot sur le pupitre du professeur, avant de s’éclipser de la salle. Il monta une volée d’escaliers, guidé par une intuition aussi étrange que puissante, et à laquelle il faisait aveuglément confiance, car il était sûr qu’elle le menait au bon endroit. C’était comme si une ligne fluorescente était tracée dans les airs, une ligne qu’il devait suivre et qu’il aurait été impossible de ne pas voir.

Ses pas le conduisirent à l’extérieur du château – une fenêtre avait été malencontreusement laissée ouverte dans une salle de classe, et il sortit par là.
Dehors, le soleil déclinant lançait ses derniers rayons et embrasait le ciel de son éclat écarlate. Sur le fond crépusculaire d’un rouge flamboyant, quelques écharpes nuageuses serpentaient paresseusement, leur pourtour mordoré s’irisant de reflets incandescents. Certaines se teintaient d’un rose léger, d’autres arboraient un orange soutenu, mais toutes paraissaient se consumer d’un feu ardent, intense. Même le lac, d’habitude si noir, s’enflammait devant le coucher du soleil : une myriade éthérée de rubis et d’or scintillait à sa surface, fragments brûlants du tableau céleste. Philip avait rarement vu un spectacle aussi beau…

Sous les murmures incoercibles de Felix, il avança d’un pas résolu vers les serres. Là-bas, posé dans l’herbe, il y trouva un flacon d’une potion à base de plantes dont il ne se souvenait plus du nom, mais seulement de sa capacité à soulager les irritations. Il le glissa dans sa poche, devinant que cela lui serait très bientôt utile, puis fit demi-tour pour revenir au château. Le visage de Lily Potter flottait dans son esprit, et il sut avec une certitude inébranlable que son intuition la conduisait vers elle.

Il rentra comme il était sorti, par la fenêtre laissée ouverte d’une salle de classe. Il emprunta ensuite la voie qui menait à la Salle Commune des Gryffondor. Jamais encore il n’y avait été ; pourtant, il était persuadé qu’au bout, il arriverait à destination. Sur le chemin, il ne rencontra étrangement aucun professeur, aucun surveillant.
Après avoir monté encore quelques escaliers, il finit par se retrouver devant le portrait d’une grosse dame, qui lui demanda le mot de passe pour pouvoir entrer chez les Gryffondor. Bien sûr, il aurait pu essayer de le trouver – il avait d’ailleurs déjà dans la tête des propositions parmi lesquelles, il en était certain, se trouvait le bon mot de passe – mais Felix lui souffla d’attendre en silence. La grosse dame parut scandalisée qu’il l’ignore ainsi.

Il n’eut pas à patienter longtemps. Dix secondes, peut-être moins, s’écoulèrent avant qu’il n’entende sa voix derrière lui. Felix aurait quand même pu le mettre en garde contre la douce mélodie des paroles de Lily Potter, cela lui aurait évité de sursauter – non pas de peur, mais aussi bizarre que cela paraisse, de plaisir.
Effaçant le sourire béat qui ne l’avait pas quitté depuis qu’il était parti de la salle des chaudrons (Felix lui chuchota que Lily aurait des drôles de soupçons s’il n’avait pas l’air étonné de la voir), Philip se retourna et afficha une expression sincère de surprise en voyant Lily Potter monter les marches vers lui.

_________________
Je ne savais pas ce que je ressentais... Etait-ce de l'amour, ou seulement le besoin d'aimer ?


Alliance


Fiche de Philip
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Potter
.: Eleve de Gryffondor :.

avatar

Nombre de Messages : 319
Date d'inscription : 04/06/2009

Carte du Maraudeur
Objets de quêtes:
Gallions:
200/1000  (200/1000)

MessageSujet: Re: Elle... et lui. [PV Lily Potter]   Mar 1 Sep - 18:25

    Lily s'était faite une nouvelle amie et celle-ci ne l'a quitter plus. Elle voletait et virevoltait autour d'elle. Lumi, c'était le nom qu'avait donner Lily à la petite chauve souris, était surexcitée, comme si quelque chose se préparait. Lumi s'arrêta devant elle, elle battait ses petites ailes sur place, empêchant Lily d'avancer plus:

    - Mais qu'est-ce que tu fais? Trois marches et nous sommes arrivées! Tu n'as rien à craindre, je te cacherais dans ma chambre!

    Elle continua son chemin toujours accompagné de la petite Lumi, qui dansait presque dans les airs. Elle s'aidait des courants d'air parfois, elle faisait des loopings et Lily ne pouvait s'empêcher de sourire à ce spectacle. Lily avait toujours rêvé de voler. Un sentiment qui avait grandis en même temps qu'elle. Malheureusement elle n'avait absolument pas héritée du don de son père. Lily était médiocre sur un balais et médiocre était gentil par rapport à la réalité. Elle avait décidé de ne plus jamais toucher à un balais de sa vie, qu'ils soient volants ou non, ce serait définitif.

    Elle entama la seconde volée d'escalier, ceux qui ne cessaient de bouger. Elle décida de s'asseoir pendant la folle ronde qu'entamait le grand édifice de pierre. La petite chauve souris en profita pour se faire une toilette et vint par la suite se poser sur la cuisse de Lily. Elle s'agrippa au tee-shirt et planta ses petites griffes un bref instants dans la chair de sa nouvelle maîtresse. Les escaliers s'arrêtèrent et Lily se releva pour gravir les escalier et entrer dans un couloir. Elle continua tout droit, prit une seconde volée d'escaliers et se retrouva devant... Philip?


    - Philip?

    Lily fut étonnée de le voir devant sa salle commune et demanda alors:

    - Que fais-tu ici?

    Elle se souvint de son anxiété quelques heures auparavant et regardant une seconde fois Philip qui avait un air étonné mais heureux.

    - Tu... Tu reviens de ta punition? Pas trop dur?

    Elle se grattait nerveusement le coude. Si Philip avait eu une retenue, c'était par la faute de Lily. Elle avait bien essayer de faire en sorte que celle-ci soit levée mais ni Philip ni le professeur n'avaient acceptés. Elle regard la grosse Dame dans le dos du Serdaigle et le tira aussitôt dans les escaliers plus bas. La Grosse Dame était une commère et elle aimait écouté les ragots et les lancer aussi. Lumi se détacha de sa cachette et vola vers le bas des escaliers. Cela faisait peu de temps que Lily la connaissait mais elle avait déjà l'impression que Lumi comprenait tous. Ils ne fallaient pas qu'ils se fassent attrapé sinon, Philip aurait encore une retenue et Lily en aurait une pour la première fois de sa vie!

    Beaucoup trop travailleuse, Lily ne s'amusait que très peu, sa vie sociale existé grâce à la célébrité de son père, un point c'est tout. Elle aurait aimé avoir autant d'assurance que Zoey ou Rose mais Lily n'était guère qu'un nom de famille, la fille de Harry Potter, le tueur de Lord Voldemort et le sauveur du monde magique! Pourquoi fallait-il toujours que tout tourne autour de son père? Si elle travaillait aussi dur, c'était pour qu'un jour elle soit reconnus en tant que Lily et non en tant que fille du survivant. Elle désirait entrer chez les Aurors ou faire une carrière de médicomage. La plus grande médicomage qu'il n'ai jamais existé sur terre. Elle reporta enfin ses yeux sur Philip qui ne paraissait pas du tout anxieux:


    - Pourquoi es-tu ici?

    C'était la seconde fois qu'elle posait la question mais elle ne s'en était pas rendue compte.

_________________


Une Zum' ont en à qu'une! <3


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philip Monaghan
.: Cerveau Mononeuronal :.

avatar

Nombre de Messages : 305
Date d'inscription : 08/08/2009

Carte du Maraudeur
Objets de quêtes:
Gallions:
17360/20000  (17360/20000)

MessageSujet: Re: Elle... et lui. [PV Lily Potter]   Mar 1 Sep - 18:35

- Philip ?

Ce prénom, il l’avait entendu toute sa vie. Ses parents l’avaient prononcé tant de fois : avec amour, bien sûr, mais aussi avec sévérité quand il commettait des erreurs, avec sagesse quand il cherchait un conseil, avec tendresse lorsqu’il était malheureux. Ses professeurs, eux, l’employaient avec formalité ; les gens qui le connaissaient de vue, avec fadeur ; ceux qui ne l’aimaient pas, avec mépris. Oui, ce prénom, il l’avait entendu des milliers de fois, sous tous les tons.

Mais quand Lily le prononça, figée devant lui, avec cet air où se mêlaient surprise, inquiétude et contentement, en cet instant où il l’avait attendue, avait su qu’elle viendrait, il se rendit compte qu’il ne l’entendit pas. Pour la première fois de sa vie, il l’écouta.
Son être tout entier paraissait se prêter à cette écoute, pour déceler ce qui pouvait traverser Lily Potter, comme si, à travers l’intonation, les trémolos infimes, le relief des consonnes et la musicalité des voyelles, il pourrait deviner quelque chose, saisir une part d’elle. Comme si, à travers lui, à travers ce Philip surgi des lèvres de Lily comme une passerelle entre leurs deux mondes, il pouvait la rencontrer là où nul autre ne pourrait le faire.

Ce fut avec difficulté que Felix Felicis vint de nouveau susurrer à l’oreille de Philip ce qu’il convenait de faire, pour que la magie de cette soirée extraordinaire continue d’opérer. Philip, absorbé par ses réflexions brumeuses, avait failli ne pas l’entendre, tant son admiration (qui frôlait la vénération divine, voire pathologique) envers Lily lui avait embrumé le cerveau. Mais après tout, n’était-ce pas la faute de Felix, s’il se mettait à « écouter » son prénom quand Lily le prononçait, oubliant tout le reste ? Felix n’était-il pas en partie responsable de la beauté irréelle des événements présents ? Etait-ce seulement lui, Philip, qui s’imaginait tout ça ?

- Que fais-tu ici ? demanda Lily. Tu… Tu reviens de ta punition ? Ce n’était pas trop dur ?
- J’ai survécu,
répondit Philip en haussant les épaules.
Il la gratifia d’un sourire maladroit.
-Pourquoi es-tu ici ?
Philip réfléchit à la réponse, aidé de Felix.
- Je rentrais de mon heure de colle, éluda-t-il (ce qui, en un certain sens, n’était pas complètement faux). Mais mes mains me faisaient trop mal, j’ai dû aller chercher un produit dans les serres. (Il sortit le flacon qu’il avait récupéré dans l’herbe, dehors, et le montra à Lily.) Il paraît que ça atténue les irritations. Seulement, frotter mes mains les unes contre les autres me fait trop mal, elles sont trop enflées, alors j’allais voir l’infirmière pour qu’elle m’applique le produit, mais je crois me souvenir qu’elle est absente, aujourd’hui…

Il poussa un léger soupir. Ce fut à ce moment qu’il remarqua la grosse tache noire sur le T-shirt de Lily, et il reconnut une chauve-souris.
- On dirait que tu t’es faite une amie, dit-il en regardant le petit animal se blottir un peu plus contre Lily. Il paraît qu’elles sont super craintives. Tu veux que je te dise ? Tu dois dégager de sacrées bonnes ondes pour qu’elle ose se poser sur toi. Ou alors, tu as peut-être des liens avec Dracula. (Il scruta Lily avec un faux air suspicieux, puis lui sourit de plus belle pour lui faire comprendre qu’il plaisantait. Par la suite, il reprit avec un peu plus de sérieux, et il sentit le rouge lui monter légèrement aux joues lorsqu’il demanda d’une voix hésitante : ) Est-ce que… Est-ce que tu t’y connais, en médicomagie ? Je… Vu que l’infirmière n’est pas là, tu penses que tu pourrais… me passer de la potion sur les mains ? Si ça ne te gêne pas, bien sûr. Je comprendrais que tu refuses, je suis un peu crasseux après avoir récuré ces dix-huit chaudrons... Oui, c'est ça, laisse tomber, je... Je vais trouver quelqu'un d'autre, je ne veux pas t'ennuyer.

_________________
Je ne savais pas ce que je ressentais... Etait-ce de l'amour, ou seulement le besoin d'aimer ?


Alliance


Fiche de Philip
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Potter
.: Eleve de Gryffondor :.

avatar

Nombre de Messages : 319
Date d'inscription : 04/06/2009

Carte du Maraudeur
Objets de quêtes:
Gallions:
200/1000  (200/1000)

MessageSujet: Re: Elle... et lui. [PV Lily Potter]   Mer 2 Sep - 14:57

    - Je rentrais de mon heure de colle, mais mes mains me faisaient trop mal, j’ai dû aller chercher un produit dans les serres. Il paraît que ça atténue les irritations. Seulement, frotter mes mains les unes contre les autres me fait trop mal, elles sont trop enflées, alors j’allais voir l’infirmière pour qu’elle m’applique le produit, mais je crois me souvenir qu’elle est absente, aujourd’hui… On dirait que tu t’es faite une amie, il paraît qu’elles sont super craintives. Tu veux que je te dise ? Tu dois dégager de sacrées bonnes ondes pour qu’elle ose se poser sur toi. Ou alors, tu as peut-être des liens avec Dracula. Est-ce que… Est-ce que tu t’y connais, en médicomagie ? Je… Vu que l’infirmière n’est pas là, tu penses que tu pourrais… me passer de la potion sur les mains ? Si ça ne te gêne pas, bien sûr. Je comprendrais que tu refuses, je suis un peu crasseux après avoir récuré ces dix-huit chaudrons... Oui, c'est ça, laisse tomber, je... Je vais trouver quelqu'un d'autre, je ne veux pas t'ennuyer.

    Philip débitait à une vitesse fulgurante et Lily essayait de tous enregistré dans son petit cerveaux déjà bien remplie. Elle regarda sa chauve souris vu qu'il était question d'elle puis Philip lui demanda si elle s'y connaissait en médicomagie! Evidemment c'était un grand rêve mais de là à dire qu'elle était douée, c'était une autre paires de manches! Lily regarda Phil qui une minute plus tôt lui demandé de l'aide et juste après il disait l'inverse. Lily regarda Philip qui venait de tourner les talons. Avec un élan insoupçonnée, elle le rattrapa et l'arrêta:

    - Attends! Laisse moi répondre au moins avant de te sauver!

    Elle s'arrêta devant lui et regarda la chauve souris:

    - Oui, je me suis faites une nouvelle amie! Je l'ai appelée Lumi et non, je ne fais pas partis de la famille de Dracula, à ma connaissance en tout cas!

    Elle prit un air mystérieuse puis pausa sa main sur celle de Philip pour en extirper la potion. Après cela elle la mit dans une de ses poches et attira Philip vers les marches de l'escalier. Elle le fit asseoir en face d'elle et ressortie la potion. Après en avoir retiré le bouchon, elle la posa près d'elle et attrapa les mains de Philip et les regarda sous tout les angles, elles étaient abimées, sèchees et boursoufflées.

    - Je suis désolée Philip! C'est à cause de moi que tu as les mains dans cet état! Je vais essayer de faire de mon mieux! J'aimerais devenir Médicommage alors tu vois... D'un cela ne me dérange pas de te passer la potion sur les mains et de deux, cela me fera un « entrainement », si je puis dire! J'espère que je ne me tromperais pas...

    Après avoir dit cela, elle regarda Philip dans les yeux, il ne paraissait pas du tout inquiet! Comme si il plaçait en Lily une confiance aveugle et inébranlable. Elle attrapa alors la potion qui piquait un peu au nez, il fallait l'avouer et en versa sur ses propres mains. Elle prit celle de Philip et la massa pendant dix bonnes minutes avant de s'attaquer à la seconde. Elle ne comprenais pas pourquoi elle était si gênée et pourquoi tant de sentiments se mêlaient en elle. Elle essayait de garder un certains contrôle sur elle même mais Philip ne la lâchait pas des yeux. Fixait sur son visage qui, au fur et à mesure, devenait tout rouge. Pourquoi la fixait-il autant? Lily lâcha la main de Phil et voulut se relever mais une force invisible lui intimait de rester. Elle comprit que c'était son corps qui n'obéissait pas à son cerveau. Comme si, les deux entités avaient été déconnecté l'une de l'autre. Un silence s'installa, brisait juste par les petits cris de la chauve souris qui voletait autour d'eux. Lily ouvrit la bouche à plusieurs reprises pour dire quelque chose qui ne venait pas. Elle aurait aimée qu'un professeur brise le silence, quitte à avoir des heures de retenues, mais que le silence cesse. Il était lourd et envoutant à la fois.

    - Tu ne m'embête pas du tout... Au contraire...

    Elle baissa le regard et tomba sur les mains de Philip qu'elle prit encore une fois pour vérifier qu'elle avait bien passer la potion et apparemment elle avait réussit.

    - Je ne me suis pas trompée, on dirait!

    Elle allait lâcher ses mains mais déjà, Philip les avaient enfermés dans les siennes:

    - Qu'est-ce que tu as?

_________________


Une Zum' ont en à qu'une! <3


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philip Monaghan
.: Cerveau Mononeuronal :.

avatar

Nombre de Messages : 305
Date d'inscription : 08/08/2009

Carte du Maraudeur
Objets de quêtes:
Gallions:
17360/20000  (17360/20000)

MessageSujet: Re: Elle... et lui. [PV Lily Potter]   Mer 2 Sep - 16:03

Malgré les chuchotis rassurants de Felix, qui lui assurait que tout se passait pour le mieux, le cœur de Philip s’emballa dans sa poitrine. Il le sentait cogner contre son torse, comme désireux de s’échapper de sa cage thoracique et de bondir au creux des mains de Lily. Ces mains blanches et aériennes, qui s’activaient avec une extrême douceur pour passer la potion apaisante sur ses phalanges meurtries.

Philip aurait voulu parler, combler le long silence qui s’était imposé tandis que Lily s’affairait à le soigner. Mais Felix lui souffla de rester muet, et il lui obéit. Durant les minutes, à la fois longues et trop courtes, où Lily lui massait les mains, il ne cessa de l’observer. Elle non plus ne disait mot. Ses joues s’étaient quelque peu rosies, et une fois ou deux, Philip l’avait vue prendre une brève inspiration pour dire quelque chose, avant qu’elle ne se rétracte et garde le silence. De temps à autre, ses prunelles bleues se tournaient brièvement vers lui, avant de retomber aussitôt. Dans ces instants, on aurait dit que deux saphirs fugaces éclairaient son visage.

Au fur et à mesure que le temps s’écoulait (Philip avait l’impression que Lumi, la chauve-souris qui voletait en rond autour d’eux, exprimaient matériellement les minutes qui tournaient), il sentit une atmosphère poignante les envelopper tous les deux, se glissant dans leur mutisme à la fois gênant et délicieusement troublant. Quand Lily eut terminé, apparemment satisfaite de ce qu’elle avait accompli, il regretta presque qu’elle rompe le silence en parlant de nouveau. Elle inspecta une dernière fois ses mains, qui dégonflaient à vue d’œil, puis s’apprêta à les lâcher. Philip retint alors celles de Lily, presque par réflexe.

- Qu’est-ce que tu as ? s’enquit Lily, surprise par son geste.
Il la regarda durant quelques secondes.
- Suis-moi. Il faut que je te montre quelque chose.

Sans en dire plus, il se releva et, serrant toujours délicatement une des mains de Lily, l’entraîna derrière lui. Ils coururent dans les couloirs et les escaliers comme des fugitifs bizarrement heureux. Lily lui demanda où il l’emmenait, mais il ne lui répondit pas, affichant un sourire mystérieux et amusé. Lui-même ne savait pas trop où il allait, il ne faisait que suivre Felix et ses astucieuses directives.

- Attention, un professeur ! murmura-t-il soudain alors qu’ils arrivaient en haut des marches d’un escalier, essoufflés (Felix venait de le mettre en garde). Les armures, ajouta Philip en désignant deux masses cuivrées qui se trouvaient miraculeusement à côté d’eux.
Il tira Lily vers lui et ils se blottirent derrière les armures, la respiration saccadée. L’étroitesse de leur cachette les obligea à se coller l’un à l’autre, Lily dos au mur et Philip face à elle. Philip sentit l’haleine enivrante et fraîche de Lily sur son cou, accompagnée du parfum de fleurs qu’il aimait tant. Lily, frêle et haletante, était plaquée contre son torse. Heureusement qu’ils avaient couru ; elle ne s’interrogerait pas sur les raisons de l’affolement des battements de son cœur.

Le professeur passa devant les armures sans apercevoir les deux élèves qu’elles dissimulaient. Quand il fut assez loin, Philip s’autorisa à chuchoter avec des airs complices :
- C’était moins une. J’aimerais éviter de récurer d’autres chaudrons ce soir, alors soyons prudents.
Il aida Lily à s’extraire de leur cachette. Elle protesta contre cette cavale insensée – mais au sourire qu’elle arborait, Philip comprit qu’elle ne faisait que semblant de le réprimander.
- Ferme les yeux, dit-il. Allez. Et ne triche pas, surtout. Nous sommes bientôt arrivés.

Après un soupir faussement agacé, Lily consentit à baisser ses paupières. Philip lui attrapa l’autre main et l’entraîna doucement quelques mètres plus loin. Elle se laissa guider. Ils se trouvaient au dernier étage, dans un couloir désert où des fenêtres immenses donnaient vue sur le lac et une partie de la forêt interdite. Des rideaux de lumière pourpre éclaboussaient le sol et les murs, diaprant les armures et les cadres des portraits d’un hâle rosé. Une soirée extraordinaire, comme l’avait prédit Felix.

- Ce n’est pas grand-chose, mais mes mains et moi tenions à te remercier. Tu peux ouvrir les yeux, maintenant.

_________________
Je ne savais pas ce que je ressentais... Etait-ce de l'amour, ou seulement le besoin d'aimer ?


Alliance


Fiche de Philip
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Potter
.: Eleve de Gryffondor :.

avatar

Nombre de Messages : 319
Date d'inscription : 04/06/2009

Carte du Maraudeur
Objets de quêtes:
Gallions:
200/1000  (200/1000)

MessageSujet: Re: Elle... et lui. [PV Lily Potter]   Mer 2 Sep - 16:45

    - Suis-moi. Il faut que je te montre quelque chose.

    Lily aurait voulut l'en empêcher mais de sa petite taille et de ses petits bras faible, elle n'aurait jamais eu assez de force pour le retenir complétement. Philip l'entraîna dans des couloirs ou ils coururent avant que Lily ne demande où il l'emmenait. Philip ne répondit pas, un simple sourire flottait sur ses lèvres quand tout d'un coup:

    - Attention, un professeur ! Les armures!

    Lily eut un sursaut mais lorsqu'elle se retrouva coincée entre le mur et le corps musculeux de Philip, elle fut perdus. Déjà qu'elle avait quelques doutes qui trottait dans sa tête, son coeur battit plus intensément. Son souffle se fit plus court et plus saccadé. Le professeur passa sans les voir aucunement. Lorsqu'il passa le couloir pour tourner dans une autre allée, Philip chuchota:

    - C’était moins une. J’aimerais éviter de récurer d’autres chaudrons ce soir, alors soyons prudents.

    Il aida Lily à sortir et celle-ci posa un pied ferme sur le sol. Ils avaient faillit être vus et Lily bien qu'elle passait un moment agréable n'avait pas envie de « récurer les fond de chaudrons ».

    - Non! Philip! Arrête, on va se faire prendre!

    Elle regarda la joli minois de Philip et sourit, après tout, pourquoi pas...

    - Ferme les yeux. Allez. Et ne triche pas, surtout. Nous sommes bientôt arrivés.

    Lily ferma les yeux après un soupir. Elle sentit la main de Phil' prendre la sienne et senti son coeur faire un bon dans sa poitrine. A quoi jouait-il exactement? Elle n'avait pas peur de se promener dans le château à une heure pareille, elle l'avait déjà souvent fait avec Scorpius ou encore James... Alors pourquoi son coeur s'affolait-il de la sorte? La peur d'être prise sur le fait ou était-ce autre chose? Lily sentit que la fin de la course s'annonçait et elle ralentit le pas. Elle fonça tout de même dans Pilip avant que celui-ci ne reprenne la parole.

    - Ce n’est pas grand-chose, mais mes mains et moi tenions à te remercier. Tu peux ouvrir les yeux, maintenant.

    Elle ouvrit les yeux. Le Spectacle était grandiose. La lumière rouge du soleil couchant se reflétant dans les armures, la forêt interdite d'ordinaire si noir, dégageait une auréole rougeâtre et même le Lac était éblouie comme un rubis scintillant. Lily avait des yeux grand ouvert par tant de beauté et elle se défit de l'emprise de Philip avant de s'avancer vers les grandes fenêtres. Elle posa ses mains sur la vitre froide et sentit une chaleur l'envahir. Elle resta bouche bée devant telles splendeurs. Elle se retourna vers Philip et sauta à son cou.

    - Tu n'aurais pas pu faire mieux! Merci Philip, c'est grandiose!

    Et alors que des petites larmes de joie perlaient sur ses joues, elle chuchota un autre Merci, celui-ci contenait encore plus de sentiments que le premier. Elle n'aurait su dire pourquoi mais à ce moment précis, ce moment magique, la lumière rouge embrasait la flame qui dansait dans son coeur de jeune fille de quatorze ans, trop naïve pour croire au prince charmant et à l'amour.

_________________


Une Zum' ont en à qu'une! <3


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philip Monaghan
.: Cerveau Mononeuronal :.

avatar

Nombre de Messages : 305
Date d'inscription : 08/08/2009

Carte du Maraudeur
Objets de quêtes:
Gallions:
17360/20000  (17360/20000)

MessageSujet: Re: Elle... et lui. [PV Lily Potter]   Mer 2 Sep - 20:48

A cet instant, une musique légère comme l’air s’éleva quelque part dans le château. La chorale de l’école répétait, entonnant un chant rythmé et entraînant. De là où ils étaient, Philip et Lily pouvaient l’entendre distinctement. Les murs et le haut plafond canalisaient le son, vibraient littéralement sous les notes. On aurait dit que les pierres chantaient. Philip se demandait si Felix n’en faisait pas trop. Jamais de sa vie, il n’avait vécu une histoire à l’eau de rose comme celle-ci… Elle n’était pas pour lui déplaire, certes, mais son irréalisme avait un côté presque dérangeant...

Il se rapprocha de Lily, dont la chevelure rousse prenait feu sous le soleil couchant. Ses yeux, qui admiraient le lac au dehors, avaient perdu de leur bleu profond pour laisser un peu de place à un vert cuivré qu’il avait déjà vu lors de leur toute première rencontre à tous les deux. Sous les « pom pom pom » de la valse qui résonnait autour d’eux, la tête de Lily se balançait inconsciemment.

- M’accorderiez-vous cette danse, Mademoiselle Potter ? demanda Philip en s’inclinant légèrement devant elle. Mais je ne garantis pas que vos pieds en sortiront indemnes, c’est à vos risques et périls.
Il eut un petit rire d’autodérision, puis il lui tendit une main, et après une courbette moqueuse, Lily glissa ses doigts entre les siens. Philip l’amena au milieu du couloir, posa son autre main sur ses reins, et commença à tourner, doucement.

Ils valsèrent sans parler, emportés par la musique. Lumi, la chauve-souris, tourbillonnait autour d’eux comme pour les accompagner. Philip ne lâchait pas des yeux Lily. Il ne communiquait avec elle que par son sourire et l’intensité de son regard, à travers duquel il essayait du mieux qu’il pouvait de faire passer des émotions que les mots n’auraient su traduire correctement. Son cœur continuait de battre la chamade.

La musique s’amplifia dans un nouvel élan, et à ce moment, Philip se sentit soudain moins sûr de lui. Tandis que leur pieds exécutaient de lentes spirales sur le sol, Felix se fit plus discret, ses murmures paraissaient de plus en plus lointains. Les effets de la potion se dissipaient. L’univers n’était plus le petit livre aux pages si faciles à tourner pour chercher la solution à tous les problèmes ; il redevenait cette chose impénétrable, affreusement imprévisible, opaque et inconnue.

L’ultime phrase que Felix sembla laisser dans l’esprit brumeux de Philip avant de se taire complètement fut : « Sois toi ».

Etre lui ? Felix fumait-il la bouse de dragon ? Il ne voulait pas être Philip. Il voulait être cette marionnette charmante qui se faisait manipuler pour plaire à Lily. Il voulait que la chance continue d’être de son côté, que le destin se plie encore en quatre pour le conduire au bonheur. Il voulait être plus que lui, parce qu’en face, il y avait elle, et qu’il n’en était pas digne.

Les lèvres de Philip tremblèrent. Il sentait que la turbine à paroles qu’il était se mettait de nouveau en route, et que la névrose revenait au grand galop, avec ses énormes sabots pour l’aplatir comme un troupeau de centaures. Bientôt, il en était sûr, il se mettrait à parler vite, à raconter n’importe quoi pour briser le silence, à bafouiller des paroles inintelligibles pour distancer sa nervosité naturelle. Il allait gâcher cet instant magique – et pour le coup, le mot n’aurait pu être mieux choisi. Magique. Jamais il n’aurait dû avaler cette potion miracle qui avait provoqué ce désastre annoncé.

Lily dut remarquer son changement d’attitude – cela devait bien faire cinq secondes qu’il ne la regardait plus et que ses yeux virevoltaient dans tous les sens, à la recherche d’une issue improbable pour se sauver – car elle fronça les sourcils. Philip fut stupéfait de la proximité de leurs deux visages ; leurs nez se touchaient presque. Etait-ce la main de Lily qu’il sentait sur sa nuque ? La tenait-il vraiment entre ses bras maladroits ? Et pire encore : dansait-il avec elle ?

Dans un tourbillon, ils pénétrèrent à l’intérieur d’un nouveau rideau de lumière, et les cheveux de Lily s’embrasèrent une fois de plus. Ce fut cette image de la fille radieuse, un peu naïve, candide, qui décida Philip. De toute façon, il était sur le point d’exploser, et comme les Beuglantes, il valait mieux que ce soit plus tôt que tard. Et puis, c’était ce que Felix lui avait conseillé : d’être lui-même. Jusque-là, il ne s’était pas trompé, autant lui faire confiance une dernière fois.

- Dis-moi, Lily… Ca t’est déjà arrivé de… d’espérer être quelqu’un d’autre ? Je veux dire : rester toi, dans le fond, mais que les gens autour de toi cessent de te prendre pour ce qu’ils te prennent actuellement ? Parfois, je me dis que trop de choses ne dépendent pas de nous. On n’a pas forcément choisi son passé, ni sa réputation, pourtant le monde continue de se fixer dessus, comme pour nous le rappeler sans cesse. C’est vrai que le passé et la réputation sont une part de nous, mais trop souvent, j’ai l’impression qu’ils nous font de l’ombre et cachent la plus grande partie de ce que nous sommes vraiment. Par exemple, je… Je n’aurais jamais pensé qu’un soir, je ferais des pirouettes de valse avec toi, parce que… parce qu’on vient d’endroits très différents, et que ces ombres qui nous occultent le sont aussi. Je suppose que tu en as soupé qu’on te le dise, mais en tant que Lily Potter (il accentua le nom de « Potter »), j’avoue que j’ai été moi aussi assez bête pour me faire des idées sur toi – au début seulement, je te rassure –, sur ce que tu étais, à cause de ton héritage de la célébrité. Alors que tu sembles être… non, tu es toute autre que ce que l’on pourrait imaginer de toi.

Pourquoi déblatérait-il tout ça maintenant ? Peut-être pour s’excuser, inconsciemment. Se justifier d’être là, avec elle, si près, trop près. Donner un fantôme de raison à leur présence ici. Demander son pardon pour n’être que lui.
Toutefois, il se garda bien d’avouer à Lily qu’il la connaissait mieux qu’elle ne le croyait, pour l’avoir observée aussi souvent que secrètement.

La chorale finit par se taire, après un dernier « pom pom pom » a capella. Bien qu’ils cessèrent de tourner, Philip ne lâcha pas Lily. Non pas parce qu’il ne le voulait pas – la décence exigeait qu’on ne tienne pas les gens aussi près de soi, surtout quand on les connaissait à peine – mais parce qu’il ne le pouvait pas. Ses mains refusaient de desserrer leur étreinte. Et chose incroyable, il aurait juré que celles de Lily le tenaient aussi fermement que lui.

- Mais là où j’ai peut-être été le plus bête, conclut-il, c’est que je me suis laissé tromper par mes propres ombres. Je ne pensais pas que j’avais… comment dire ? le droit de faire ta connaissance. Pourtant, ce soir, on s’est bien amusés malgré tout, hein ? Et finalement, je dois dire que… je suis content d’avoir saisi l’occasion de mieux te connaître ; pas en tant que fille de Harry Potter, mais en tant que Lily. Juste Lily. C’est sympa.
Philip songea que s’il pouvait se voir de l’extérieur, il s’enfoncerait sa baguette dans les oreilles pour ne pas s’entendre dire quelque chose d’aussi niais. Lily allait probablement lui éclater de rire au nez, et tourner les talons en se tenant les côtes, après cette phrase aussi ridicule que naïve. Pourtant, il se demanda s’il aurait pu trouver d’autres mots que ceux-ci pour exprimer ce qu’il estimait être, malgré tout, la vérité.

A présent, il prit pleinement conscience de la proximité de Lily avec lui. Leurs visages ne se trouvaient plus qu’à quelques millimètres l’un de l’autre. Tout en parlant, et sans s’en rendre compte sur le moment, il avait avancé vers elle.
Elle était proche… dangereusement proche…

_________________
Je ne savais pas ce que je ressentais... Etait-ce de l'amour, ou seulement le besoin d'aimer ?


Alliance


Fiche de Philip
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Potter
.: Eleve de Gryffondor :.

avatar

Nombre de Messages : 319
Date d'inscription : 04/06/2009

Carte du Maraudeur
Objets de quêtes:
Gallions:
200/1000  (200/1000)

MessageSujet: Re: Elle... et lui. [PV Lily Potter]   Jeu 3 Sep - 19:49

    La chorale de l'école répétait et une douce musique retentit dans l'air et Philip se pencha devant elle:

    - M’accorderiez-vous cette danse, Mademoiselle Potter ? Mais je ne garantis pas que vos pieds en sortiront indemnes, c’est à vos risques et périls.

    Il venait de l'inviter à danser. Alors qu'elle enfilait ses doigts fins dans ceux de Philip, celui-ci l'entraina dans une douce valse. Ils dansèrent sous le rythme des voies qui résonnaient dans la pièce, la lueur rougeâtre transformait l'atmosphère. Lily se croyait en pleins conte de fée, mais ce n'était pas le cas. Personne ne parlait, Lumi voletait en rond autour d'eux, les accompagnant dans leur valse. La jeune Gryffondor avait passé ses bras autour du cou de Philip. Puis, d'un coup Philip changea... Il parut moins sûre de lui et Lily fronça les sourcils pour essayer de comprendre sa nouvelle attitude. Philip parla, brisant le silence intense et magique:

    - Dis-moi, Lily… Ca t’est déjà arrivé de… d’espérer être quelqu’un d’autre ? Je veux dire : rester toi, dans le fond, mais que les gens autour de toi cessent de te prendre pour ce qu’ils te prennent actuellement ? Parfois, je me dis que trop de choses ne dépendent pas de nous. On n’a pas forcément choisi son passé, ni sa réputation, pourtant le monde continue de se fixer dessus, comme pour nous le rappeler sans cesse. C’est vrai que le passé et la réputation sont une part de nous, mais trop souvent, j’ai l’impression qu’ils nous font de l’ombre et cachent la plus grande partie de ce que nous sommes vraiment. Par exemple, je… Je n’aurais jamais pensé qu’un soir, je ferais des pirouettes de valse avec toi, parce que… parce qu’on vient d’endroits très différents, et que ces ombres qui nous occultent le sont aussi. Je suppose que tu en as soupé qu’on te le dise, mais en tant que Lily Potter, j’avoue que j’ai été moi aussi assez bête pour me faire des idées sur toi – au début seulement, je te rassure –, sur ce que tu étais, à cause de ton héritage de la célébrité. Alors que tu sembles être… non, tu es toute autre que ce que l’on pourrait imaginer de toi. Mais là où j’ai peut-être été le plus bête, c’est que je me suis laissé tromper par mes propres ombres. Je ne pensais pas que j’avais… comment dire ? le droit de faire ta connaissance. Pourtant, ce soir, on s’est bien amusés malgré tout, hein ? Et finalement, je dois dire que… je suis content d’avoir saisi l’occasion de mieux te connaître ; pas en tant que fille de Harry Potter, mais en tant que Lily. Juste Lily. C’est sympa.

    Lily l'écouta sans mots dire. Elle se rendait compte petit à petit de ce que venait de dire son valseur. Il s'intéressait à elle pour ce qu'elle était et partagé sa même pensée sur l'apparence et les préjugés.
    Lily était sous le charme du minois et de l'esprit du Serdaigle qu'elle ne connaissait que depuis peu. Les bras de Lily autour du cou de Philip exercèrent une pression qui fit plier légèrement le garçon et lever la jeune Gryffondor. Leurs corps étaient déjà très proche, et à cet instant, ils l'étaient encore plus. L'atmosphère était propice, la position aussi aussi. Lily, n'écoutant que son coeur, pressa ses lèvres fines et délicates sur celles de Philip. Elle ne se souciait guère de l'instant d'après, ce concentrant sur l'instant présent, même si elle serait sûrement bléssée et triste par un rejet plus que probable. Elle prolongea ce baiser qui paraissait presque vitale à cet instant précis.


    Lily reprit ses esprits et lâcha son étreinte. Elle se recula de quelques pas et réalisant son geste inconsidéré, elle se tourna dos à Philip. Le soleil venait de se coucher et toute la magie s'était envolée avec. Dans un murmure, elle souffla à l'adresse de Philip:

    - Excuse moi Philip... Je ne sais pas pourquoi j'ai fait ça... Je... Je n'aurais pas dû...

    Elle tourna les talons, elle passa devant celui qui avait reçu le premier baiser de Lily, tête baissée et se mit à marcher un peu plus vite dans le couloir. Lily s'apprêtait à descendre les escaliers lorsqu'un main agrippa son bras, elle crus à un Professeur et se retourna toujours le regard vers le sol mais elle reconnut les chaussures de Philip et leva la tête. Des larmes perlaient sur ses joues rosie. Et elle ne voyait presque pas le doux visage de celui qui s'était accaparé une part de son coeur.

_________________


Une Zum' ont en à qu'une! <3


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philip Monaghan
.: Cerveau Mononeuronal :.

avatar

Nombre de Messages : 305
Date d'inscription : 08/08/2009

Carte du Maraudeur
Objets de quêtes:
Gallions:
17360/20000  (17360/20000)

MessageSujet: Re: Elle... et lui. [PV Lily Potter]   Jeu 3 Sep - 22:12

Le monde entier bascula. Le château s’était volatilisé, avec ses murs, ses tours, le parc, le lac. Tout fut emporté dans un gigantesque maelström silencieux. L’univers n’existait plus, le temps s’arrêtait, la logique agonisait. Ne subsistaient que la sensation de tomber au fond d’un puits sans fin, la fraîcheur mains de Lily, le parfum de ses cheveux enflammés, et surtout, surtout, la douceur de ses lèvres plaquées contre les siennes.

Philip oublia tout le reste. Leurs trois ans d’écart lui paraissaient dérisoires, absurdes ; comment avait-il seulement pu s’en inquiéter ? La célébrité de Lily cessa de l’éblouir ; leur différence de caractère s’était évaporée ; le fait qu’il soit lui et qu’elle soit elle n’importait plus. A travers le contact de leurs lèvres, il n’y avait plus qu’eux.

Jamais Philip n’eut autant l’impression d’exister. A force de moqueries, de mépris, d’indifférence dont il avait souffert, il s’était presque lui-même convaincu qu’il n’était que l’éternel garçon qui passait inaperçu, l’élève qu’on ne remarquait jamais, l’être transparent. Qu’il n’était personne. A présent, il sentait qu’il était Philip de toutes les fibres de son corps. Il voulait être entièrement Philip, pour pouvoir goûter pleinement cet instant. Ce fut comme si le soleil avait quitté le paysage et s’était engouffré à l’intérieur de sa poitrine.

Les Sorciers se trompaient tous sur un point : les Moldus pratiquaient la magie. Car comme les Sorciers, ils étaient capables d’aimer. Il était impossible que l’amour, cette force torrentielle indescriptible qui le faisait chavirer en ce moment même, ne fût pas magique.

Et aussi brusquement que c’était arrivé, le charme se rompit. Lily décolla ses lèvres des siennes. Le retour à la réalité fut si brutal que Philip faillit tomber à la renverse. Il lui fallut un moment pour se souvenir de l’endroit où il se trouvait, et aussi du mode d’emploi pour respirer. Son cœur menaçait de se décrocher à force de battre aussi fort.

Lily semblait aussi abasourdie que lui par ce qu’il venait de se produire. Elle s’écarta lentement, l’air coupable, avant de lui tourner le dos et de murmurer :
- Excuse moi Philip... Je ne sais pas pourquoi j'ai fait ça... Je... Je n'aurais pas dû...
Et elle s’enfuit en courant.
Oh non, pas encore… songea Philip, dépité. Décidément, ne pouvaient-ils pas se voir sans que l’un d’eux finisse toujours par prendre ses jambes à son cou à la fin ?

Philip se mit – une fois de plus – à courir après Lily. Sans mal, il la rattrapa et lui prit le bras. Elle avait les larmes aux yeux quand elle se tourna vers lui. Le cœur de Philip passa du tambourinement affolé à l’arrêt presque total.
- J’embrasse si mal que ça ? s’enquit-il. Ou bien je suis si effrayant que tu ressens le besoin irrépressible de t’enfuir après plus de dix minutes en ma compagnie ? Je t’assure que je ne mords pas. Ecoute Lily, je ne sais pas pour toi, mais je ne regrette rien de ce qui s’est passé tout à l’heure. Je dirais même que je devrais récurer des chaudrons plus souvent, si ça peut me faire vivre d’autres soirées comme celle-ci. Alors ne t’excuse pas de m’embrasser. En revanche, tu peux t’excuser pour ne pas le faire plus longtemps, parce que ça, je trouve que c’est particulièrement criminel.

Et cette fois, ce fut lui qui se pencha sur elle et l’embrassa. Le monde trembla autour de lui mais ne disparut pas comme la première fois, peut-être parce qu’il s’y attendait. Il eut peur que Lily le repousse et ne s’enfuie encore ; elle n’en fit rien.
Quand il recula, il l’observa attentivement. Elle avait l’air d’aller mieux.
- Bon, je… je te vois demain ? On se contentera de manger ensemble, si tu veux, et on parlera de trucs par trop prises de tête. Je dois reconnaître que les valses, c’est un peu vieux jeu. Je ne te promets pas de tenir ma langue, bien sûr, tu as dû voir que je suis une vraie pipelette et… Tiens, regarde, je recommence. Allez, partons vite avant que le professeur qu’on a croisé ne revienne ou que je ne me lance dans un monologue.
Il lui décocha un sourire accompagné d’un clin d’œil et la prit par la main.

Oui, ç’avait vraiment été une soirée extraordinaire…

_________________
Je ne savais pas ce que je ressentais... Etait-ce de l'amour, ou seulement le besoin d'aimer ?


Alliance


Fiche de Philip
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Potter
.: Eleve de Gryffondor :.

avatar

Nombre de Messages : 319
Date d'inscription : 04/06/2009

Carte du Maraudeur
Objets de quêtes:
Gallions:
200/1000  (200/1000)

MessageSujet: Re: Elle... et lui. [PV Lily Potter]   Ven 4 Sep - 21:30

    - J’embrasse si mal que ça ? Ou bien je suis si effrayant que tu ressens le besoin irrépressible de t’enfuir après plus de dix minutes en ma compagnie ? Je t’assure que je ne mords pas. Ecoute Lily, je ne sais pas pour toi, mais je ne regrette rien de ce qui s’est passé tout à l’heure. Je dirais même que je devrais récurer des chaudrons plus souvent, si ça peut me faire vivre d’autres soirées comme celle-ci. Alors ne t’excuse pas de m’embrasser. En revanche, tu peux t’excuser pour ne pas le faire plus longtemps, parce que ça, je trouve que c’est particulièrement criminel.

    Philip se pencha vers elle et l'embrassa. Le coeur de Lily explosa, que signifiait ce baiser? Ses sentiments étaient-ils à doubles sens? Elle l'espérait en tout cas. Philip se releva et Lily eut un sourire immense. Philip reprit alors:

    - Bon, je… je te vois demain ? On se contentera de manger ensemble, si tu veux, et on parlera de trucs par trop prises de tête. Je dois reconnaître que les valses, c’est un peu vieux jeu. Je ne te promets pas de tenir ma langue, bien sûr, tu as dû voir que je suis une vraie pipelette et… Tiens, regarde, je recommence. Allez, partons vite avant que le professeur qu’on a croisé ne revienne ou que je ne me lance dans un monologue.

    Il attrapa la main de Lily et celle-ci se cola contre son bras. Il avait raison, il ne valait mieux pas traîner dans les couloirs plus longtemps. Lily chuchota:

    - Philip, tu n'embrasse pas mal et j'aimerais pouvoir revivre des soirées comme celles-ci... Je te promet que la prochaine fois nous passerons plus de dix minutes ensembles! Tu sais... Cela ne m'embête pas que tu parles tout le temps... Je n'ai pas vraiment de grands sujets de conversations... J'ai appréciée en tout cas... J'espère qu'on en auras d'autres!

    Lily avait parler tout en avançant dans les couloirs et ils étaient arrivés devant le tableau de la grosse Dame. Elle embrassa une dernière fois Philip avant de lui souhaiter bonne nuit. Elle donna le mot de passe et passa la porte, elle se retourna une dernière fois vers Philip pour graver son visage dans sa mémoire. Elle remonta les escaliers de son dortoir, la petite chauve souris toujours derrière elle. Elle enleva ses chaussures et se coucha sur son lit. Lumi s'agrippa aux draperies qui ornait les lits. Lily avait toujours les yeux grands ouverts, se perdant dans l'immensité des souvenirs de la soirée passée. Elle repensa à la valse, au soleil couchant, au baiser... Elle repensa à tous les petits détails, les yeux de Philip, les expressions de son visage, ses mains, sa voix... Tout ce qui faisait que Philip était Philip. Elle s'enroula dans ses draps après avoir déposé sa baguette sur la commode. Elle ferma lentement les yeux et s'endormit vite. Il ne lui tardait plus qu'une chose, que le matin se lève et qu'elle retrouve les bras et le visage de Philip. Elle craignait cependant que les gens voient ça d'un mauvais oeil, que ça jase, mais en même temps, elle s'en fichait... Elle avait déjà eu à faire aux ragots et elle s'en était toujours sortie mais Philip... Comment le prendrait-il? Elle avait peur de ça, finalement, elle n'avait juste peur que de cela....

_________________


Une Zum' ont en à qu'une! <3


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elle... et lui. [PV Lily Potter]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elle... et lui. [PV Lily Potter]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lily Potter • Chaque jour est une nouvelle aventure.
» [A reprendre - Elève/Héritier] Lily Potter (Elle Fanning) ~ 1e année à Gryffondor
» (F) Lily L. Potter, 3ème année, Gryffondor [Libre]
» Elèves de Gryffondor [Libres 05/06]
» Elèves de Serdaigle [Libres 03/04]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Temptation of Evil :: Poudlard | Ecole Magique en 2017 :: Intérieur :: » Couloirs-
Sauter vers: